samedi 26 mai 2018

Indevenir

J'habite une méditation incessante et désordonnée
j'habite des impulsions folles et envahissantes
j'habite un corps étranger, mélancolique et vieillissant

Depuis trop longtemps,
j'habite une métamorphose lente et douloureuse.

Vivement que je devienne SDF (sans devenir fixe).




vendredi 25 mai 2018

Presque comme les oiseaux

J'en connais des amoureux des oiseaux
je ne connais pas d'oiseaux amoureux
je les imagine dans ce gris tous les deux
il leur pousserait des ailes dans le dos

même quand le ciel est loin d'être bleu
et que la vie c'est toujours pas du gâteau
je les imagine ailleurs alléger leur fardeau
ils s'en lasseront dans ce gris tous les deux



fade away

Le reste du temps
passe avant tout
le temps qui me reste.



Tu y vois un sens ?
Moi non plus et cela est égal.

samedi 12 mai 2018

On the dark side of the moon







"Les boites de nuit, c'est l'arnaque. Il n'y a pas de nuit dedans."

J. Schovannec

mardi 8 mai 2018

Dans le bois nostalgique

Où tous les chemins se souviennent des passants, sans dire un mot, le terrain de jeux était presque vide, ce jour là, sous la pluie douce et grisante.




Le bois rêve-t-il ?

Écrire est indissociable du rêve qui est source, moteur, énergie.

Le rêve ne se commande absolument pas.

Et s'il n'y avait plus de rêve ?

Je vis, je survis à l'aide des rêves.


Quelques mots de H. Cixous.

dimanche 6 mai 2018

Les petits riens

Un matin gris m'apportait cette chanson de Gainsbourg, mélancolique à souhait. L'inattendu offre parfois des petits riens énormes. Une mélodie qui s'éteignait dans les recoins de la mémoire nocturne, et qui, par le plus beau des hasards, revient hanter pour quelques temps les paysages intérieurs. 
Ces petits riens résonnent. On dirait un ciel qui s'obscurcit doucement, du rose au mauve, du bleu au nuit. Couleur nuit.